主页 > 法语 > 杂志 > 33 Numéro >

REPORTAGE

2015-12-04 18:08 作者: admin 来源:未知

La dépouille du célèbre écrivain français Alexandre Dumas père a été transférée au Panthéon de Paris le 30 novembre 2002.

Les heures de lecture
 
Par Guo Yugang


 
La dépouille du célèbre écrivain français Alexandre Dumas père a été transférée au Panthéon de Paris le 30 novembre 2002. La cérémonie de transfert était présidée par Jacques Chirac, alors président de la République. Il s’agit de la plus haute distinction historique qu’un écrivain peut recevoir. Alexandre Dumas bénéficiant ainsi du même honneur que Hugo, Zola ou encore Voltaire.
 
« Alexandre Dumas !... Avec vous, c’est l’enfance, ses heures de lecture savourées en secret, l’émotion, la passion, l’aventure, le panache qui entrent au Panthéon... Avec vous, nous avons rêvé. Avec vous, nous rêvons encore. »
 
Lors de la cérémonie, le discours fait plaisir aux gens du même âge que moi. En effet, les heures passées dans la lecture, le toucher du papier doux, l’odeur de l’encre d’imprimerie, oh combien d’heures de bonheur ! Combien ont été touchés par Un monde ordinaire et combien fascinés par Cent mille pourquoi ! Mais à l’époque de l’internet, des smartphones et de l’iPad, les Chinois lisent-ils encore ?

État actuel du secteur de l’édition en Chine
 
Selon le Rapport annuel 2014 sur le développement du secteur de l’édition en Chine, en 2014, la Chine a publié 450 000 titres, devenant ainsi la première puissance mondiale de l’édition en terme de catégories publiées.
 
Au cours de ces dix dernières années, le secteur de l’édition a connu une croissance stable en Chine. Ainsi en 2014, ce secteur a réalisé un chiffre d’affaires de 79,1 milliards de yuans, devenant une filière dynamique dans l’économie nationale.

Toutefois, la prospérité visible du monde de l’édition ne doit pas masquer les risques ; certains problèmes attirent déjà l’attention des spécialistes. Tout d’abord, la grande diversité dans les catégories de livres publiés ne cache pas la crise d’une perte de qualité. Un professionnel du monde de l’édition chevronné a dit : « Ouvrir un livre n’est plus forcément bénéfique. »
 
Chaque année, ce sont plus de vingt milliards de chiffre d’affaires du secteur de l’édition qui viennent des manuels d’écoles primaires et secondaires. Mais les publications de piètre qualité ne manquent pas, comme la série Bouillon de Poulet pour l’âme, qu’on voit souvent dans les aéroports et gares, ou bien des livres à visée clairement pragmatique, sur le marketing, les méthodes pour réussir, ou encore le Feng shui. Quantité de livres issus de simples copier-coller remplissent les rayonnages. Les livres de qualité, en revanche, peine à se présenter devant le public, ils sont enterrés silencieusement. Le rythme de vie rapide des villes fait que les gens n’ont pas le temps de bien sélectionner les livres. Aujourd’hui, les bestsellers sont souvent, outre les manuels ou méthodes d’apprentissage, des lectures sur la préservation de la santé, tandis que les livres culturels et intellectuels peinent à se faire une place.
 
En 2005, les invendus de toutes les boutiques de la librairie Xinhua et des maisons d’édition-diffusion représentaient un total de 48,3 milliards de yuans. Fin 2014, ce chiffre a atteint 100 milliards, plus du double. Depuis 2005, chaque année, les livres invendus dépassent les livres vendus. Cela montre que face à l’augmentation des quantités de publications produites, la vente n’a pas suivi.

La lecture en ligne
 
Un deuxième défi du secteur de l’édition vient de la lecture en ligne.
 
En effet, en 2012 déjà, le secteur des livres papier a connu une nette baisse. Pour preuve : 0,8  % de baisse dans la quantité de papier utilisée pour les livres, périodiques et journaux. C’est la première fois depuis les années 90 que le papier utilisé dans le secteur de l’édition a baissé. En 2013, la quantité de papier utilisé dans l’édition a encore chuté de 2,27  % sur un an ; en 2014, les publications n’ont utilisé que 6,5 millions de tonnes de papier, soit seulement 90  % de la quantité utilisée en 2011.
 
En même temps, la lecture en ligne connaît une croissance fulgurante. En effet, dans ce XXIe siècle, siècle de l’internet, de plus de plus de personnes lisent et écrivent en ligne. À partir de 2003, des sites destinés à la littérature créée directement en ligne sont apparus, à l’image de hjsm.tom.com, www.qidian.com, www.jjwxc.net, offrant aux écrivains en ligne une vaste plateforme pour leur création. Du fait de son origine populaire, de son accesssibilité et de son contenu non conventionnel, la littérature en ligne connaît un essor. En décembre 2014, la Chine comptait 294 millions d’utilisateurs de littérature en ligne, soit 19 millions de plus qu’en 2013 : une croissance de 7,1  %, qui représente plus de 2 millions d’écrivains et plus de 70 000 œuvres créées.
Selon le Rapport sur l’étude de marché de la lecture mobile au deuxième semestre de 2015, un Chinois lisait en moyenne 2,84 livres sur papier en 2015, contre 4,39 en 2012 ; en comparaison, un Chinois lisait 6,5 livres électroniques en 2015, contre 2,35 en 2012.

La lecture sur téléphone mobile représente 54,7  % de la lecture sur support numérique, contre 22,9  % sur ordinateur. Cela montre que le mode de lecture de la nouvelle génération de lecteurs a entièrement changé.
 
« Fragmenté » : c’est le trait le plus distinctif de la lecture de la nouvelle génération. Au lieu de rechercher le plaisir de lire d’un seul trait un livre, les lecteurs lisent aujourd’hui sur leur terminal portable (principalement téléphone mobile) pendant les fragments de leur temps : pendant qu’ils attendent l’ascenseur ou le bus ou bien quand ils sont dans le métro. Cette fragmentation du temps induit la fragmentation de l’habitude de mode de lecture, qui en retour influence profondément le contenu de la lecture. Pour répondre à cette lecture fragmentée, la lecture en ligne doit immédiatement attirer et se faire comprendre immédiatement, et permettre aux lecteurs de donner des commentaires positifs le plus vite possible. D’après Tangjia Sanshao, un célèbre écrivain en ligne : « Je ne suis qu’un écrivain ordinaire. Avec le rythme de vie rapide, cela me satisfait d’apporter du plaisir, du loisir, de faire rire les lecteurs, et que ceux-ci aient une expérience de lecture agréable et veuillent me lire encore le lendemain. » Cela montre pleinement la caractéristique de la création en ligne et de la lecture en ligne.
 
Tom Chatfield, psychologue à l’Université d’Oxford, estime que les gens tendent à rechercher des satisfactions les plus immédiates possibles. Par exemple, beaucoup aiment manger des graines de tournesol, parce que le laps de temps entre l’effort et la récompense est extrêmement court, c’est-à-dire que l’effort est immédiatement récompensé positivement, donnant une sensation de satisfaction. À cet égard, la lecture d’un livre papier est un effort dont la récompense vient plus lentement, et qui nécessite des blocs de temps substantiels.

Librairies physiques : survivre dans l’ère de l’internet
 
Dans l’ère de l’internet, les librairies physiques sont les premières à subir le choc. Et le choc est double : nouveaux modes de lecture (lecture sur internet et internet mobile), et nouveau mode de vente (vente en ligne). Face à cela, la plupart des librairies physiques sont confrontées à des difficultés.
 
Devant de tels chocs, le seul moyen pour les librairies physiques est de trouver un nouveau chemin, de donner plus de caractéristiques à leurs activités et d’offrir plus de service pour gagner des clients. Une pratique intéressante est d’organiser des rencontres entre lecteurs, favorisant les échanges entre les auteurs et les lecteurs ou entre lecteurs ayant des intérêts communs. Ainsi la librairie Xi Shu, originaire du Jiangxi, organise régulièrement des salons, conférences et rencontres entre lecteurs. Elle organise chaque année cinq à six conférences qui deviennent une plateforme pour des activités culturelles ; ces rencontres entre lecteurs permettent d’avoir une meilleure visibilité, formant de communautés dynamiques de lecteurs. La librairie Fang Suo à Guangzhou a adopté une pratique similaire. Au cours des trois dernières années, la librairie a organisé près de trois cents conférences, plus de trente expositions, contribuant énormément à l’élargissement des espaces culturels. Une autre pratique influente des librairies physiques est d’ouvrir 24h sur 24. La librairie Dazhong sur la rue Fuzhou à Shanghai fournit ce service depuis 2012. En 2014, la librairie Sanlian Taofen et mille deux cents librairies de Guangzhou ont commencé ce service. Plus tard, de nombreuses librairies ont suivi, dans l’objectif d’attirer les oiseaux de nuit. La pratique la plus courante et la plus réaliste, c’est une exploitation combinée : soutenir le développement d’une librairie par la vente d’autres produits que les livres, par exemple restauration ou immobilier. L’exemple par excellence est sans aucun doute la chaîne de librairie taïwanaise Eslite. En 2014, 70  % des chiffres d’affaires étaient réalisés par des activités non liées à la vente de livre, contre 30  % seulement réalisés par la vente des livres. D’un côté, l’influence de la marque suscite l’envie des concurrents, mais de l’autre, beaucoup se plaignent que cette chaîne de librairies est trop commerciale, et donc très loin des valeurs des librairies traditionnelles.
 
Si l’on regarde de près les ventes des librairies physiques et des librairies en ligne, on constate qu’il y a des différences nettes dans les catégories de livres proposées. Selon les statistiques d’OpenBook, entreprise professionnelle fournissant des informations du secteur de l’édition, en 2014, les manuels et livres de référence ont représenté la plus grosse part dans les chiffres d’affaires des librairies physiques, tandis que les livres sur la société et les sciences ont contribué le plus aux chiffres d’affaires des librairies en ligne. De plus, le chiffre d’affaires des librairies physiques dépend fortement de la vente des bestsellers : les 5  % des meilleurs bestsellers représentaient 80  % des chiffres d’affaires globaux des librairies en ligne, contre seulement 63  % dans des librairies physiques.

Ainsi Xi Shu, le fondateur de la librairie qui porte son nom, estime que dans la mesure où les librairies en ligne vendent surtout les bestsellers, elles ne peuvent pas vendre de tout, tandis que les librairies physiques sont face à face avec les lecteurs et offrent une meilleure expérience : elles disposent ainsi d’avantages irremplaçables.
 
Dans la société actuelle, où le monde de l’édition est davantage numérisé et confronté aux nouveaux comportements de consommation comme la lecture fragmentée, comment inciter à lire, s’assurer que la lecture est bénéfique, et garantir la profondeur, la continuité et la homogénéité de la lecture ? Telle est la question qui mérite notre réflexion.

 

分享到:

相关文章

关于我们
普瓦提埃大学孔子学院是法国第一所、欧洲第二所孔子学院。 普瓦提埃大学孔子学院创建于2005年10月3日,2007年成立了由普瓦提埃大学、南昌大学和九江大学等会员组成的协会。普瓦提埃大学孔子学院自成立以来,开展中文教学以及讲座、展览等各类文化活动。
  • 版权所有 © 2014 法国普瓦提埃大学孔子 学院 京ICP备 08002516号 网络视听许可证 0109385号