主页 > 法语 > 杂志 > 33 Numéro >

CULTURE

2015-12-04 18:28 作者: admin 来源:未知

En Chine en effet, les versions électroniques de la littérature ne coûtent que 5 à 25% de leur homologue en papier.

La littérature dans l'ère du numérique en Chine
 
Par WANG Jing

 
Il y a quelques semaines, un de mes amis, journaliste de renom et romancier, publiait un message concis sur le réseau social Wechat : le roman « Sa majesté est malade » (《寡人有疾》) était disponible en version électronique sur l’application iReader. Je me demandai alors ce qu’en pensait son auteur, et j’ai téléphoné à MIAO Wei, l'écrivain en question. La situation s’avérait pire que je n'avais pensé. L’application iReader accorde des points aux lecteurs de la littérature originale directement créée en ligne. À partir d’un certain nombre de points, les lecteurs peuvent accéder au roman gratuitement. Dans le panorama de la littérature en ligne, le roman de cet ami fait figure de littérature sérieuse, avec un scénario exquis et une bonne dose d'humour noir. De plus, cela fait à peine deux ans que le roman est sorti. « iReader a-t-il obtenu l'accord de ton éditeur pour distribuer ton roman comme un prix gratuit? — Non », m’a répondu MIAO Wei, plutôt calme.
 
Ainsi en va-t-il actuellement : ni l'éditeur ni l'auteur ne considère les livres électroniques comme rentables. En Chine en effet, les versions électroniques de la littérature ne coûtent que 5 à 25% de leur homologue en papier. L’exemple de « Sa majesté est malade » (《寡人有疾》) est représentatif de la situation actuelle au plan mondial : la version électronique est au livre imprimé ce qu’un livre broché est à une édition de luxe. Enfin les éditeurs chinois ne sont guère intéressés par les livres en papier, car le piratage est trop simple : ainsi non seulement les livres électroniques ne sont pas rentables, mais en plus ils nuisent aux livres en papier.
 
Et pourtant rien ne sert de soupirer, car quand on parle de la lecture dans l'ère numérique, les versions électroniques de livres imprimés sont insignifiants. Le héros principal dans la lecture à l'ère du numérique, c'est la littérature créée directement en ligne. Selon une enquête de big data réalisée par le principal moteur de recherche chinois Baidu, cette forme de littérature représente aujourd'hui 80% de la lecture littéraire en Chine. Plus étonnant encore, la littérature créée directement en ligne a évincé le secteur de l'édition. Sa création, programmation, parution ou même sa vente, tout est réalisé par des sociétés en ligne. Les éléphants et les auteurs vedettes de la littérature créée directement en ligne n'ont ainsi rien de commun avec les écrivains traditionnels tels que MO Yan. Pourtant, cette forme de littérature compte des dizaines de millions de lecteurs. C'est un phénomène unique au monde, une caractéristique 100% chinoise.
 
Depuis longtemps, les critiques littéraires en place ont des avis partagés à l'égard de la littérature en ligne. Si la plupart des récits sont de piètre qualité, la littérature en ligne n’en a pas moins écrasé la littérature sérieuse. Cela est-t-il un symptôme d'une société malade ?
 
Il faut dire que la littérature en ligne est rigoureusement catégorisée. Le genre le plus populaire est la catégorie « sentimentale, urbaine ». Selon une étude du groupe Nielsen, 78% des lecteurs de littérature en ligne adorent les œuvres de ce genre. Si l'histoire et la ruralité sont les thèmes de prédilection des écrivains de la littérature sérieuse, dans la littérature en ligne en revanche la ruralité est éliminée sans merci, pour faire place à la vie moderne. C'est cette dernière qui mérite d'être écrite : la prospérité et le faste d'une vie dans des métropoles comme Pékin et Shanghai, le travail des employés du bureau, comment une belle jeune femme triomphe d’un jeune homme grand, riche et beau, qu'est-ce que la richesse… L’occasion d’y découvrir tous les sacs à main de luxe, les chaussures de luxes, les voitures de luxes et les maisons de luxe.
 
Deux sous-catégories du genre « sentimental urbain » attirent particulièrement les lecteurs : les romans sur le monde du travail et les romans sur le cercle politique. Ces derniers, en montrant les coulisses de la vie politique, permettent de satisfaire la curiosité des lecteurs. Les premiers quant à eux peuvent servir de guide pour tous ceux qui vont faire leur entrée dans le monde du travail.
 
Si la romance urbaine occupe la moitié de la littérature en ligne avec ses thèmes réalistes, l'autre moitié de cet univers est dominée par les romans fantastiques. Sous cette grande catégorie, on distingue là encore de nombreuses sous-catégories comme la science-fiction ou bien les cours royales ou impériales. Ces derniers ont bien des éléments historiques, mais ils ne manquent pas de science-fiction dans bien des cas. N'ayant pas du tout l'intention de discuter la politique d'aujourd'hui en évoquant du passé, la faveur dont ils jouissent auprès des lecteurs est probablement liée au complexe des Chinois vis-à-vis du monarque. De plus, ces histoires sont faciles à inventer, car la vie de la cour impériale est souvent remplie de luttes politiques et de complots.
 

 
De nombreux critiques littéraires ont décrit la littérature en ligne avec « trois bas niveaux » : l’âge relativement bas des lecteurs ciblés, le bas niveau de leur éducation et le bas niveau de leurs revenus.
La littérature en ligne présente une autre caractéristique marquante : son côté divertissant et consumériste. D'une part, la littérature créée en ligne est extrêmement proche de la réalité, parfois même destinée à servir de guide pour la survie dans une métropole. Des histoires populaires voire vulgaires permettent parfois aux jeunes originaires des campagnes ou de petites villes de comprendre les éléments de base de la vie des habitants de grandes villes modernes. Mais d'autre part, la littérature en ligne est aussi extrêmement loin de la réalité, et proche du rêve et de l'imaginaire. Les histoires fantastiques et incroyables transportent les lecteurs, épuisés par leur quotidien, dans la vie du personnage principal du roman : elles leur permettent ainsi de sortir de leur carcan de « petit soi impuissant » et de se rêver en personnes ayant réussi leur vie comme le héros du roman. Ce rêve dans un autre espace-temps représente pour eux un certain apaisement.
 
Selon une étude réalisée par le groupe Nielsen sur la lecture des Chinois dans l'ère du numérique pour la période 2012-2013, 91% des Chinois lisent sur internet via leur smartphone. Quand le téléphone mobile devient le principal support de la lecture, que le stress de la vie ne cesse d'augmenter, et qu'on a beaucoup de temps fragmenté à tuer, la lecture intervient souvent dans des situations peu stables et de presse. C'est dans ce contexte-là que la littérature en ligne est devenue un produit de consommation de masse. Quoi qu'il en soit, c'est grâce à la création littéraire en ligne qu'un nombre croissant de Chinois lisent aujourd'hui.
 
WANG Jing est auteur et conseillère pour des projets culturels entre la Chine et le monde occidental. 2003-2013 : responsable des activités en Chine de la Foire du livre de Francfort, la plus grande foire du monde dans le domaine des livres, et de celles du géant international de l'édition Hachette. Elle gère de nombreux projets de coopération entre la Chine et le monde occidental dans les domaines de la créativité culturelle, de la littérature, de l'éducation des enfants et du monde de l'édition. Elle habite Hambourg.
 
分享到:

相关文章

关于我们
普瓦提埃大学孔子学院是法国第一所、欧洲第二所孔子学院。 普瓦提埃大学孔子学院创建于2005年10月3日,2007年成立了由普瓦提埃大学、南昌大学和九江大学等会员组成的协会。普瓦提埃大学孔子学院自成立以来,开展中文教学以及讲座、展览等各类文化活动。
  • 版权所有 © 2014 法国普瓦提埃大学孔子 学院 京ICP备 08002516号 网络视听许可证 0109385号