Chinois  /  Français

Accueil > Culture

« Je veux être avec toi »

2014-12-27 14:00 Les auteurs: admin Source:未知

Je veux tre avec toi De lamour en Chine aujourdhui Par Yvonne Les amoureux chinois ont deux ftes chaque anne : la Saint-Valentin occidentale le 14 fvrier et la fte chinoise des amoureux, la fte Qixi (le 7e jour de la 7e lune soit dans le courant de n

«Je veux être avec toi»
De l’amour en Chine aujourd’hui
 
Par Yvonne
Les amoureux chinois ont deux fêtes chaque année : la Saint-Valentin occidentale le 14 février et la fête chinoise des amoureux, la fête Qixi (le 7e jour de la 7e lune soit dans le courant de notre mois d’aout. Selon la légende chinoise, Niulang (le vacher) et Zhinü (la tisserande) ne peuvent se rencontrer que ce jour-là au Pont Queqiao (Pont aux pies). Cette fête est l'occasion pour les amoureux de fêter l’éternité de leur amour. 
 
L’amour, c’est un commencement
 
Le roman de David Nicholls « Un jour » est très prisé en Chine. Le film du même nom a par ailleurs suscité beaucoup de discussion sur les forums en ligne. L’inoubliable fraîcheur de l'amour entre le héros et l’héroïne n’a laissé aucun spectateur indifférent. Malgré nos différences de nationalité, de langue ou d’ethnie, nous partageons tous les mêmes sentiments par rapport à ce film. Chaque culture possède son lot de poèmes, de romans et de musique qui exaltent l’amour. La croissance des ventes de roses chaque année autour de la Saint-Valentin témoigne aussi sans doute du nombre croissant d’amoureux. Si la condition préalable est d’ « être ensemble », l’amour n’est pas si difficile à trouver, mais pourquoi n’est-ce pas le cas chez nous en Chine ?
 
Dans le roman Un Jour, la rencontre des amoureux a lieu le soir de leur cérémonie de remise des diplômes. Durant les 20 ans qui suivent, tous deux s'aiment, mais toutes les opportunités qui leur permettent d’être ensemble sont ratées. Cela rend les lecteurs tristes. Mais il n’est pas difficile de comprendre les causes qui les empêchent d’être ensemble, des causes que chacun a pu expérimenter plus ou moins : quand on est jeune, on ne sait pas quoi faire de l’amour, on essaie de voir ce que l’autre veut dire, et on a peur que le moindre problème entraine la disparition de notre amour ; à l’âge mûr, on a encore plus peur d’être blessé, car on a souvent subi beaucoup de peine quand on était jeune, donc même devant l’amour on s'arme de l’estime de soi et de la fierté, et on reste très sensible à ce qu’on peut perdre ou gagner dans une relation. 
Mais si nous estimons l’amour selon le modèle de l’économie, c’est-à-dire qu'on se considère soi-même comme un investissement, et si nous calculons tous les profits, le résultat correspond à ce qu'indiquait Erich Fromm : « Il sera toujours seul, même l’amour ne peut pas dissoudre sa solitude. »
 
Les épines sur la couronne
 
Dans la littérature traditionnelle en Chine, les histoires d’amour entre un jeune lettré pauvre et une fille de famille riche sont légions. Par exemple, dans la vieille romance de « La chambre de l'ouest » de Yuan Zhen (779 - 831) , les deux personnages Zhang Sheng et Cui Yingying s’aiment et se sont engagés à vivre ensemble. Le lettré ne manque pas de dire à sa bien-aimée : « Quand je réussirai l’examen impérial, je viendrai t’épouser ! » ; Les besoins matériels sont comme les épines sur la couronne. L’amour, quel que profond qu'il soit, ne suffit pas à satisfaire tous les besoins.
 
Dans une émission chinoise de rencontre intitulée « If you are the one », une invitée, Ma Nuo, a déclaré clairement ses critères dans la sélection d’un mari : « Mieux vaut pleurer dans une BMW que de rire sur un vélo… ». Ses paroles ont choqué l’audience mais tel est le but de l’émission : montrer la vérité. Tout en fournissant une plateforme de rencontre pour les jeunes en âge de se marier, l’émission reflète également la vision de l’amour et de la vie des jeunes Chinois d’aujourd’hui. Selon Meng Fei, le présentateur de l’émission : « Le succès de notre émission réside dans le fait qu’elle montre la vérité des êtres humains et la mentalité réelle des gens modernes à la recherche d’un époux ». Clairement, l’invitée aux propos choquants considère le mariage comme une marchandise et en tirer des profits maximaux est son seul objectif. Cette attitude extrême est à rejeter. Peut-être qu’aujourd’hui les gens sont nombreux à penser que le confort matériel est une condition nécessaire pour le maintien de l’amour et du mariage, mais il n’est certainement pas la condition préalable : pour beaucoup de jeunes, le caractère et la physionomie exercent également une influence forte sur l’amour.
 
Une pratique aujourd’hui est très à la mode dans beaucoup de régions chinoises : la rencontre des parents à la place des enfants. Selon la presse de Wenzhou, chaque samedi, dans une école où a eu lieu la romance de Liang Shanbo et Zhu Yingtai[Qui sont ces personnages ?], des parents se rencontrent avec des photos et des diplômes de leurs enfants à la recherche d’un époux idéal pour eux. Ces parents sont devenus les premiers examinateurs de leur futur gendre ou future belle fille. Ce faisant, ils espèrent atténuer le souci de leurs enfants occupés au travail. Ces parents évaluent principalement les conditions matérielles de leur gendre ou belle-fille potentiel. Cela est compréhensible, car tous les parents espèrent pour leurs enfants une vie confortable après le mariage. Mais la possibilité de réussite de cette pratique reste très faible. Selon Chen Jiannon, la personne qui a lancé localement cette rencontre des parents, « L’échec de cette activité résulte du fait que les conditions matérielles, sont les critères principaux des parents ; ce ne sont pas ceux des enfants ». Il est bien sûr possible que la vanité et l’envie d’être meilleur que les autres soit en train de gagner du terrain, mais 60% des jeunes pensent toujours que le « feeling » est le plus important dans une relation. 
 
Le manque du « sens de sécurité » 
 
Le sentiment d’être en sécurité est l’élément essentiel dans l’amour et dans le mariage. Selon les statistiques de l’administration chinoise, pendant le premier trimestre de 2011, 3 176 millions de couples se sont mariés, et 465 000 couples ont divorcé. Cela signifie que tous les jours 5 166 familles se dissolvent et le taux de divorce de 14,6%, connaît une croissance continue depuis les 7 dernières années.
 
L’interprétation traditionnelle de l’amour en Chine, c’est être ensemble pour toujours. Mais avec l’évolution des temps et de l’environnement social, de plus en plus de jeunes doutent de la stabilité du mariage et de la famille. Beaucoup pensent que même après le mariage, ils ne sont pas en sécurité principalement matérielle, dont la plus importante — la propriété de l’appartement. 
 
Le logement, première nécessité pour la vie, est devenu un luxe pour un grand nombre de salariés avec l’augmentation des prix immobiliers. C’est ainsi que la propriété de l’appartement est devenu le plus gros problème dans les causes de divorce. Selon la nouvelle loi sur le mariage de 2011 : « en cas de divorce, la propriété immobilière achetée par prêt avant le mariage par l’un des membres du couple appartient à la personne dont le nom est enregistré dans l’acte de propriété ». Cette loi a suscité beaucoup de polémiques dans la société : dans les relations familiales chinoises traditionnelles, l’homme gagne le pain pour toute la famille, la femme s’occupe de la maison et des enfants. Aujourd’hui encore, c’est une règle toujours non écrite que l’homme paie la somme initiale, et que le couple rembourse les prêts ensemble. Il n’est pas étonnant qu’après la sortie de cette loi, beaucoup de gens aient lancé cet appel aux femmes : « Les camarades féminines ont besoin d’être indépendantes ! Si vous voulez avoir un logement, achetez le vous-mêmes ! » D’autres personnes encore plus radicales disent : « Dans la majorité des familles, la femme est le sexe faible ; en baissant le coût du divorce, cette loi a levé le dernier obstacle qui empêchait l’homme d'aller voir ailleurs. Elle augmente le taux de divorce. » Des supporteurs de cette loi indiquent qu’elle permet de supprimer le logement en tant que condition absolue du mariage et d’atténuer la vision pervertie des gens consistant à « épouser des gens riches ». 
 
Objectivement, l’attitude de recherche de sécurité par le logement ou dans la loi est elle-même discutable. Parce que finalement, ce que l’on recherche dans ce prétendu sens de sécurité, n’est peut-être rien d’autre que la douceur ressentie quand on regarde son amour dans les yeux tout en tenant sa main. 
 
L’histoire d’amour légendaire de Niulang et Zhinü
Le 7e jour de la 7e lune en fin d’été, souvent le ciel nocturne est dégagé. Si on regarde le ciel, on peut voir deux étoiles, de chaque côté de la Voie Lactée : Altaïr et Véga. Selon la légende chinoise, Vega (Zhinü, la tisserande, fille de l’empereur céleste), immortelle, a épousé un mortel Niulang (le vacher). Mais leur mariage rencontre l'opposition ferme de l’impératrice céleste, qui force sa fille à rentrer au ciel. Niulang la poursuit jusqu’au ciel, mais ne peut pas traverser la Voie Lactée. Il reste là à regarder sa femme de l’autre côté de la Voie, ce qui finit par toucher le cœur de l’impératrice céleste. Alors, tous les ans, au 7e jour de la 7e lune, elle demande aux pies d’établir un pont sur la Voie Lactée pour permettre à Zhinü et Niulang de se rencontrer.
 
分享到:

Autres articles

Nous-connaitre
L'ICUP a été le premier Institut Confucius installé en France et le deuxième établi en Europe.
  • Copyright © 2014 L'Institut Confucius de l'Université de Poitiers ICP 08002516 Web Video Permission 0109385